L’église des animaux Sainte-Rita menacée de destruction

    L’un des lieux les plus pittoresques de Paris, à savoir l’église Sainte Rita, est menacé de destruction et risque ainsi de laisser sa place à des logements sociaux.

    Cette église située dans le 15eme arrondissement semble au premier abord des plus banales et s’est faites connaître par une particularité assez hors norme, celle-ci étant le seul lieu de culte en France à accueillir des animaux afin de les bénir.

    Une tradition sur le point de disparaître

    D’aucuns trouveraient assez saugrenue l’idée d’assister à une messe du dimanche aux côtés d’une vieille personne et d’un chien et cela fait pourtant des années que la petite église accueille entre ses murs paroissiens à deux et à quatre pattes.

    Chaque 1er dimanche de novembre, une messe est même spécialement organisée pour pouvoir bénir les animaux de tout bords et tout poils tandis que le reste de l’année voit également défiler une ribambelle de bêtes.
    Tout ceci risque cependant d’être de l’histoire ancienne depuis qu’un promoteur immobilier s’est rendu propriétaire de l’église, demandant par la même occasion aux occupants des lieux de s’en aller.

    Privés de lieu de culte, paroissiens et animaux devraient aller voir ailleurs mais il n’est pas certain qu’une autre église soit vraiment prête à accueillir tout ce beau monde.

    La résistance s’organise

    L’espoir est cependant de mise et certaines personnalités politiques locales n’ont pas manqué de faire entendre leur mécontentement face à la démolition d’un lieu marquant du quartier.

    Dans l’idée de sauver ce qui peut encore l’être, le président de l’association paroissiale François Lusinchi  fait des pieds et des mains pour rendre l’affaire publique, appelant par exemple les internautes à envoyer des dons dans l’espoir d’amasser les 3 millions d’euros nécessaire au sauvetage. Loin de s’arrêter en si bon chemin, il compte même demander de l’aide à l’association de Bill Gates voir à des magnats du Qatar afin d’amasser des dons plus conséquents.
    Plus que désœuvré à l’idée de voir un lieu marquant du quartier disparaître pour de bon, Lusinchi, qui n’hésite pas tous les dimanches à faire des kilomètres avec son caniche pour assister à  la messe, n’hésite pas à parler d’atteinte à la liberté religieuse face à cet acte.

    On ignore si la manifestation prévue mi-mars réussira à galvaniser suffisamment de troupes et dans le pire des cas les paroissiens pourront toujours aller en Espagne fêter la Saint-Antoine, jour où les animaux sont plus que bienvenus dans les églises !

    mutuelleanimaux.fr

    Pas de commentaires

    • Votre courriel ne sera pas affiché Champ requis : *
    • Vous pouvez utiliser du code html

    Vous abonner à notre lettre quotidienne

    Twitter

    Utilisateur